Skip to main content

Parmi les nombreuses assemblées générales retardées du fait de la crise sanitaire, celle des deux « associations siamoises » que sont l’association Profession sport et loisirs Aube, Apasse 10 et le Groupement d’employeurs PSL 10, s’est finalement tenue, en cette fin novembre, au dernier étage de la Maison desassociations de l’avenue Pasteur.

Ces deux associations restent encore méconnues du grand public. Et de nombreuses personnes neconnaissent pas leurs attributions et activités.

À quoi servent-elles ?

La seconde, créée dans l’Aube en 2013 pour répondre à des exigences juridiques, complète la première, fondée, nationalement, en 1989 à l’initiative de Roger Bambuck, alors augouvernement, afin, comme l’explique un document interne, de pallier le constat d’émiettement et demarginalisation de l’emploi sportif (…) en créant des associations départementales chargées de prendre encharge la gestion des salariés et de les mettre à disposition des clubs qui en éprouvent le besoin.

Tandis que l’Apasse reçoit et centralise les demandes, c’est la deuxième qui gère et rémunère cette mise à disposition de salariés, dans les secteurs du sport, de l’animation, mais également des activités culturelles.


Étroitement liées, les deux entités organisent ensemble leur assemblée générale même si les bilans financiers sont approuvés séparément, et ils l’ont été à l’unanimité.


Secondé par la directrice, Cécile Bruant, le président, Jean-Michel Autier, a mené les débats avec une grande précision.

Les autres articles qui peuvent vous intéresser :